Le principe artistique du stickers for street

Il existe plusieurs formes de distraction. Chacun de nous en a besoin. D’ailleurs, l’homme a bien cerné son environnement et a su trouver des activités pour rendre meilleur son existence. On peut en effet parler de l’art. Il est présenté sous différentes formes. Il est présent partout, dans tout ce qu’on voit ou ce qu’ontouche. Dans les rues, il existe des autocollants qui montrent des images, des dessins et même des messages destinés aux passants c’est-à-dire le grand public. On parle ici de « stickers for streets », qui veut dire littéralement autocollant de rue en français. Il est catégorisé dans l’art post-graffiti.

Stickers for streets, des autocollants pour références artistiques

stickers-for-streets.jpg

C’est à peu près vers les années 2000 que les artistes ont procédé aux stickers for streets. L’idée est ensuite reprise par les fans de football pour soutenir leurs clubs préférés. C’est devenu même une compétition et les rues étaient bombardées de stickers. D’où certainement l’origine de l’appellation stickers for streets. Le phénomène de stickers de rue envahissait peu à peu les villes. Dès qu’un autocollant est posé, il faut s’attendre que plusieurs viennent à envahir toute la totalité du support. Comme si un sticker pouvait attirer d’autres. En effet, le support est bien choisit, il faut qu’il soit le plus lisse possible. Mais cela n’empêche pas les graffiteurs d’en poser sur les panneaux de signalisation ou les poteaux.

Mise en œuvre du concept stickers for streets

concept-stickers-for-streets.jpg

Les stickers for streets permettent au graffiteur de poser sans problème leurs autocollants sur le support visé. C’est surtout pratique et à la fois simple car on ne risque pas d’abimer quoi que ce soit. Historiquement, les premiers à avoir utilisés d’autocollants étaient des militants. Ils voulaient s’exprimer en faisant passer plus rapidement leur sentiment et opinion dans les rues. C’est plutôt pratique car on pouvait poser plusieurs autocollants sans craindre qu’ils se détachent.